Les conférences du Banquet d'été

Sur le thème du « penser rêver agir », comme un chemin de vie, le dernier Banquet d’été a réuni pendant plus d’une semaine, dans le village de Lagrasse, des milliers de passionnés de la parole, de la littérature et de la pensée.

L’incroyable affluence aux ateliers du matin a confirmé une fois de plus l’attachement des fidèles du Banquet à ces moments d’étude et de partage. Les lectures du soir, plus identifiées, ont connu un nouvel engouement. Quant aux conférences de l’après-midi, elles ont permis des temps de réflexion précieux. C’est ce que nous vous proposons aujourd’hui de retrouver, ou de découvrir, à votre rythme…

SAMEDI 5 AOÛT 2017, 16 h

Camille de Toledo, "Accueillir l'Aventure"

Quelle forme a la « demeure » du Quichotte de Cervantès ? Quelle est la texture des murs de sa maison si ce n’est, justement, une texture fictionnelle ? Que peut nous offrir cette « vie picaresque », aux origines du roman moderne, pour déborder et étonner la désespérante litanie des fins dont notre présent est ivre et las ? Le Quichotte, c’est l’histoire d’une vie rêvée, où le rêve ne cesse de re-fonder le monde, mais c’est plus encore l’histoire d’un homme qui se relève.

DIMANCHE 6 AOÛT 2017, 16 h

Marie-José Mondzain, "Urgence de la radicalité"

Comment ne pas réduire la radicalité à la « radicalisation » et à la déradicalisation », aux gestes les plus meurtriers et fanatiques, mais lui rendre toute sa beauté virulente ?

LUNDI 7 AOÛT 2017, 16 h

Jean-François Delfraissy, "Migrants et médecine"

Professeur de médecine, spécialiste du Sida, Jean-François Delfraissy est le nouveau président du Comité National d’éthique. Il a inscrit dans la liste des grandes questions qu’il souhaite traiter celle de la santé des migrants.

MARDI 8 AOÛT 2017, 16 h

Jean-Baptiste Brenet, "Pourquoi des fantasmes politiques ?"

Penser la politique, soit. Mais la fantasmer ? C’est peut-être l’une des grandes idées de la philosophie arabe. Si l’on songe à Dante, et à son « Banquet », on essaiera de concevoir ceci : que l’action politique requiert un festin d’images. Jean-Baptiste Brenet est Professeur à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne où il enseigne la philosophie médiévale et arabe.

MERCREDI 9 AOÛT 2017, 16 h

Mathieu Potte-Bonneville, "Recommencer"

Recommencer n’est, au sens strict, ni commencer, ni répéter, ni poursuivre : on ne se soucie de recommencement qu’après avoir renoncé à la fraîcheur des aubes, cessé de compter sur des élans qu’il suffirait de prolonger, appris à ses dépens combien ornières, compulsions et rengaines reviennent toujours au même. Qu’il faille pourtant commencer de nouveau, une nouvelle fois, est peut-être la tâche de notre temps, dans l’ordre existentiel non moins que politique. Mais qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire – une nouvelle fois ? On partira en quête, dans la philosophie ou les diverses formes de la fiction, de quelques modèles et de quelques maximes pour cette étrange ambition.

JEUDI 10 AOÛT 2017, 16 h

Martin Rueff, "L'impératif présent"

Pour penser « l’impératif présent » à la conjoncture des trois verbes (penser rêver agir), pour penser, après Adorno, les conditions d’une vie juste dans la vie fausse, il faut prendre la mesure de ce que l’impératif nous invite à penser. Ce serait une des conditions d’une politique par provision.

VENDREDI 11 AOÛT 2017, 16 h

Gilles Hanus, "Envisager le réel"

Penser rêver agir, trois manières de se rapporter au réel, trois voies par lesquelles notre conscience et notre volonté se confrontent avec ce qui est, pour le comprendre, en nourrir notre imagination ou tâcher d’y graver quelque chose de notre volonté. Il est là question de penser la différence et l’articulation de ces trois modalités.

VENDREDI 11 AOÛT 2017, 18 h

Didier Daeninckx, "Quand l'utopie surgit des ténèbres"

Saint-Alban, Lozère, hiver 1943. Au plus froid de l’hiver, au plus noir de la nuit, deux personnages d’exception, Lucien Bonnafé et François Tosquelles, vont faire d’un lieu de relégation le théâtre d’un bouleversement du monde. L’asile psychiatrique de Saint-Alban va devenir le symbole de la résistance à la folie du monde. Sous le regard attentif et complice de Paul et Nusch Eluard, de Denise Glaser, de Georges Canguilhem et de quelques dizaines de professeurs, de biologistes qui partagent les dortoirs des déments pour échapper à la solution finale.

SAMEDI 5 AOÛT 2017, 18 h

Yann Potin, "Rêver d'archive, faire agir l'histoire"

Représentations et sociétés contemporaines seraient, selon Jacques Derrida, atteintes d’un « mal d’archive » dont l’ère numérique assurerait la contamination matérielle, sinon morale. Le rêve rétrospectif sur l’Histoire par les archives, dont Michelet fut l’un des inventeurs, est-il pour autant condamné à n’être qu’un cauchemar ? Chargées, bien malgré elles d’incarner ce qui n’est plus, les archives se pensent et agissent cependant dans un présent irrésistible, qui n’est autre que le passé du futur.

DIMANCHE 6 AOÛT 2017, 18 h

Pierre Caye, "Pourquoi y a-t-il de l'agir plutôt que rien ?"

Philosophe, spécialiste de la pensée grecque, directeur de recherche au CNRS, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, Pierre Caye développe depuis plus de trente ans une recherche inédite sur les savoirs de l’architecture, de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire.

LUNDI 7 AOÛT 2017, 18 h

René Lévy, "Fin d'acte, prémisse d'intention"

Philosophe, talmudiste, spécialiste de Paul de Tarse et de Walter Benjamin, René Lévy développe son intervention autour d’une citation de Goethe : « Penser est facile, agir est difficile. Agir suivant sa pensée est le plus difficile. »

MARDI 8 AOÛT 2017, 18 h

Jean-Christophe Bailly "Vers quoi s'est-on tendu ? Vers quoi se tendre encore ?"

Il y aura bientôt cinquante ans que Mai 68 a eu lieu et pour ceux qui l’ont effectivement traversé la question se pose, non d’une commémoration ou d’un bilan, mais d’une évaluation de ce qui fut réellement tenté, et de ce qui en reste…

MERCREDI 9 AOÛT 2017, 18 h

Victor del Arbol, "les écrivains de l'expérience"

La mémoire se construit, mais l’Histoire se manipule. Un petit voyage entre les pages d’Albert Camus, Vassili Grossman, Dostoïevski.

JEUDI 10 AOÛT 2017, 18 h

Jean-Claude Milner, "Unité nationale et dissimulation de la vérité"

La dissimulation et le déguisement de la vérité sont-ils consubstantiels de la démocratie moderne dans notre pays ?

JEUDI 10 AOÛT 2017, 21 h 30

Débat Victor del Arbol / Didier Daeninckx

SUIVEZ NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX…

  FACEBOOK : La Maison du Banquet et des générations / Le Banquet du Livre

  TWITTER : @Banquetdulivre

ARCHIVES

Le prochain Banquet du Livre sera celui d’automne.

Il réunira du 17 au 19 novembre de nombreux auteurs, lecteurs et traducteurs autour du thème de la « Poésie aujourd’hui ».

Le programme en détail, et tous les renseignements, sont sur le site de La Maison du Banquet :

www.lamaisondubanquet.fr