n° 88

juillet 2018

Le programme du Banquet d'été 2018

EDITO

DANS LA CONFUSION DES TEMPS

Le monde est plein de turbulences, et les événements semblent nous échapper. Partout l’imprévu, sinon l’imprévisible, se manifeste et s’impose, bouleversant ce que nous pensions être, malgré tout, un certain ordre du monde : crise des réfugiés, tensions internationales nouvelles, présidences hasardeuses jusqu’au sommet des « grandes puissances », fiertés nationalistes à nouveau conquérantes, terrorisme de grande ampleur…

La figure du monde change brutalement, et cette brutalité, sidérante, empêche d’abord de voir et de comprendre ; elle bouscule les vies et les habitudes de pensée, et nous plonge dans la confusion, c’est-à-dire dans la conscience simultanée de la nouveauté de la situation et de notre impuissance à la penser avec justesse.

Comment nous hisser à la hauteur de ce qui nous arrive ? Comment fourbir les armes de la pensée, de l’écriture, de la poésie pour dissiper quelque peu l’obscurité ?

Et saurons-nous rester attentifs à la forme que prennent nos combats, à l’instar du voleur d’Apollinaire ?

Je me souviens ce soir de ce drame indien,

Le Chariot d’Enfant un voleur y survient

Qui pense avant de faire un trou dans la muraille,

Quelle forme il convient de donner à l’entaille

Afin que la beauté ne perde pas ses droits,

Même au moment d’un crime

Et nous aurions je crois,

À l’instant de périr nous poètes nous hommes

Un souci de même ordre à la guerre où nous sommes ?

Chant de l’honneur, Guillaume Apollinaire

Les ateliers

Les conférences